Salambo Blog

Living in Rome

Rome Insoumise

Deux jours avant le premier tour des élections, présidentielles, j’ai reçu une invitation par mail pour un apéritif France Insoumise. J’hésitais encore sur mon vote et j’ai donc pensé que ça serait intéressant d’aller y faire un tour, que peut-être les militants romains du mouvement pourraient me convaincre de leur donner ma voix. En plus, l’apéritif se tenait dans un café-librairie du quartier de Pigneto au sud de Rome. C’est un ancien quartier populaire devenu tendance et qui fut souvent utilisé comme cadre dans le cinema italien depuis le néo-realisme de Rossellini de l’après-guerre jusqu’aux années 70 tourmentées de Pasolini. J’aime aussi le concept de café-librairie et donc le tout mis ensemble valait le déplacement. J’en parlais à ma fille ainée de retour de l’université pour ses vacances d’avril. Elle était partante elle-aussi, elle votait pour la première fois et n’était pas non plus sûre de son vote. Ce jour là, elle venait de recevoir les résultats d’un de ses examens et était déçue de sa note, cette petite soirée de diversion tombait à pic.

Comme c’est mon habitude, nous sommes arrivées assez tard, vers 20h30 pour un apéro qui commençait à partir de 19h. Je passe sur les problèmes de stationnement à Rome qui nous ont fait tourner presqu’une demi-heure avant de trouver une place. Une fois là-bas, je m’attendais à retrouver un groupe animé, avec toute sorte de militants circulant les uns parmi les autres, un verre à la main, pour débattre de manière très vocale des problèmes du jour et des grandes questions de notre époque. Non, ils étaient attablés sagement sur la terrasse du café et on pouvait les distinguer uniquement par la photo de campagne de Jean-Luc Melenchon plantée discrètement sur la table. “Ca doit être eux”, dis-je à Mathilde. Les militants de la France Insoumise m’avaient l’air bien soumis à l’habitude de s’asseoir à table et de ne plus bouger de sa place, alors que je m’imaginais une soirée où les gens restent debout et circulent entre eux. Dans de telles conditions, tout nouveau venu aurait eu l’impression de déranger un équilibre déjà bien établi, une scène pas très accueillante surtout pour des tardifs comme nous. Ne sachant que faire, nous entrâmes dans la librairie pour découvrir l’endroit et nous donner le temps de prendre une décision. “Qu’est ce qu’on fait, on s’asseoit avec eux?” demandai-je à Mathilde. “Ils n’ont pas l’air très animés”, me répondit-elle. La décision était prise, nous passerions notre soirée à Pigneto mais sans nous soumettre à un apéritif qui, vu de l’extérieur, avait l’air plutot pénible.

Après avoir fait un tour des livres en vente dans le café-librairie et comprendre que c’était une librairie féministe qui ne vendait que des livres publiés par des femmes ainsi que des sex toys pour leur plaisir émancipé, nous décidâmes de nous promener dans le quartier et de remonter la via del Pigneto avant de nous poser à notre tour pour un verre. Cette rue est piétonne et très animée le soir, avec une multitude de bars et de cafés assez bon marché pour Rome. La moyenne d’âge est d’une trentaine d’années, ce qui est assez rafraichissant pour une ville plutot agée. Grace à la présence de Mathilde et de ses 20 ans, ensemble, nous tombions pile dans cette moyenne! Nous nous installâmes à la terrasse d’un bar brésilien pour un cocktail, à discuter de toute une série de sujets qui n’avaient rien à voir avec la campagne électorale. Elle était déjà oubliée. Pas très loin de nous, sur une des terrasses d’en face, on voyait encore le groupe de la France Insoumise, toujours aussi calme pour ne pas dire assoupi. De temps en temps, nous jetions un coup d’oeil pour voir s’ils s’ennuyaient encore. Finalement, j’étais plutot heureuse de pouvoir passer du temps en adulte avec ma fille, de l’écouter parler des problèmes qu’elle affronte, elle, à vingt ans dans son époque, plutot que de débattre de sujets politiques à bout de souffle en fin de campagne. Une fois que le groupe commençait à se dissoudre, nous sommes allées prendre un verre à l’intérieur du café-librairie en question, et nous y sommes restées longtemps à profiter du moment et de l’endroit.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Information

This entry was posted on May 5, 2017 by in English.

Navigation

%d bloggers like this: